Jour de confinement

Saison III – Épisode 48 – La méthode Coué

La méthode Coué, y’a bon confiné.

aujourd’hui est une bonne journée je vais bien je me sens bien je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée je vais bien je vais bien je vais bien il est huit heures du matin et je n’entends pas du tout mon voisin et son marteau un dimanche matin ! À huit heures du matin ! Je vais bien je vais bien je vais je vais passer une bonne journée je vais passer une bonne journée inch allah au féminin j’entends une émission intéressante sur la place des femmes dans le courant soufiste inch allah on apprend que la place de la femme dans l’Islam a diminué quand… la civilisation musulmane a diminué… a perdu du pouvoir… « la place des femmes dans l’islam et les écrits musulmans s’est dégradée, c’est un long phénomène de scléroses, notamment avec l’empire Ottoman qui vivra selon la coutume et non plus avec les fondamentaux de l’Islam… » Il est midi sur rfi et MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERDE. « Idir est mort »

Je vais bien.

Sinon, à la saint-Philippe, comment que ça va dans le slip ? à la saint-Jacques comment ça va dans la coquille saint-jacques ?

Voilà. Là je pense qu’il y a vraiment de quoi s’inquiéter pour l’état mental. Ils avaient dit quoi, qu’au bout de dix jours de confinement le psychisme est attaqué ?
Nara est bien aimable, tente de me rassurer : ” Pas matière à s’inquiéter : ton psychisme réagit normalement, comme quand le médecin te file un p’tit coup de “marteau à réflexes” sur le tendon rotulien. En gros, si tu pètes un boulon, c’est que tout va bien. Bravo, excellents réflexes, c’est un signe de bonne santé !”

Au Mail de l’Impasse (c’est le nom de la rue) (enfin de l’avenue) (enfin ce qui fait office de piste autour du Stade de France), on y parle d’énergie, ça tombe bien j’en manque. Allez allez, courage, penser à bien courir, bien courir c’est la promesse d’une bonne picole.

De l’autre coté, sur la piste d’athlétisme du petit stade, celui du peuple, et faute de relais 4×400 mètres cet été dans le grand, un papa fait un sprint avec… une poussette. J’y croise aussi deux jumelles (en fait non) (mais de loin oui) et blanches et à la coupe rasta… tout le monde se retourne à leur vue… j’observe j’observe… j’sais surtout ça, faire ça ! à l’image de toute cette collection de fiente qu’accumule mon fauteuil, à force que mon ami l’oiseau ait pris possession du balcon… (“qui va à la chiasse perd sa place nananana…“)

Le dos me dit ouille, mes pieds me disent « tu fais chier », mes jambes idem, mon bidon avec, mais je pense à mon aphorisme du soir, et Bernard (Bernard Lavilliers) est avec moi alors rien ne peut m’arrêter, surtout pas une tendinite. D’autres aphorismes me viennent, qu’en penser de celui-là ? Branlette du midi, sapristi. Je me projette ou… ? « Ton confinement me fait peur… » me disait hier, ou avant-hier bref Ludovic.

Par les grands orages
Il y a trois sortes de gens
Les morts et les vivants
Et ceux qui sont en mer

La plage est déserte, j’entends la mer…

Ceci n’est pas la fin du monde
ILS débarquent
Ceci n’est pas encore la fin du monde
David Vincent LES a vus
” Un noir ! ”
Ceci n’est toujours pas la fin du monde

Alors chantons à la vie

Je croise le garagiste qui… tiens, « ça y est vous reprenez ? » Je suis étonné par sa réponse. Ce type, c’est une bête de travail. Chaque jour de chaque semaine, il bosse minimum de 8 heures à 20 heures. C’en est marquant tellement je le vois tout le temps ouvert, les mains dans le cambouis, le week-end y compris. Sous son masque d’un blanc tout neuf, il me dit son inquiétude à reprendre, qu’il ne veut pas ! Il ne reviendra que la semaine prochaine, son fils demain. « J’ai pas confiance. En plus j’ai une clientèle qui vit dans une telle misère… et y’a les roms… ils sont sales, j’ai pas confiance mon fils reprend demain… (que dire ?) Puis je suis en colère contre la mairie ! » Je lui dis qu’ils sont dépassés surtout… Il me dit que non, c’est fait exprès ! « Ils nous parquent, ils sont en train de mettre tout le monde dans le même état, tout le monde dos à dos… parquer les gens selon leurs origines… et puis le trafic tout ça non… j’en ai marre ! y’a que des arabes ici ! » Je lui dis que ça fait bien longtemps que Saint-Denis a changé, qu’à mon époque, du moins de ce dont je me souviens au collège, au lycée, on était tous ensemble, aujourd’hui c’est les rebeus avec les rebeus d’un côté, les renois avec les renois, etc. « T’as tout compris ! » « C’est pour ça, je suis en colère contre la Mairie. »

« T’as tout compris ». Il me disait déjà ça y’a un siècle, du temps où il changeait des roues, du temps où nous avions encore des voitures, du temps d’avant la fin du monde. Je me souviens qu’il m’avait alors dit : « nous les musulmans, vous les chrétiens… » « on est comme ça… vous êtes comme ci… » Ça l’avait fait rire quand je lui avait répondu que je ne me sentais pas concerné, que toutes ces paroles ça ne me concernait pas, que j’étais athée, alors !

Le tee-shirt accroché à un fil, ma salle de bains pue la sueur et je ne sais comment l’expliquer, mais je l’aime cette odeur, elle me fait penser aux entrainements d’avant à la salle de boxe. Je ressens aussi ça avec les gants, aujourd’hui à la cave, quand ça me prend d’humer, idem pour les vêtements de foot de quand j’étais jeune, très jeune. Peut-être que ça me rappelle que j’étais vivant, que je transpirais de vivacité, de liberté, que je débordais d’énergie, de vie oui. Que j’en avais, de la vie devant moi ! du potentiel comme on dit aujourd’hui, à la bourse de la vie consumériste ! superficielle ! Superficielle ah ! l’est pas superficielle moi, ma vie ? L’est que ça ! Ça dans les faits donc ça ! Que ça !

Salut à toutes les brigades,
Voici une info en avant-première et qui aura des conséquences pour la suite des actions : la mairie de Saint-Denis a annoncé aux syndicats ce matin qu’elle ne fera pas la rentrée du 11mai.
La mairie réfléchit à la mise en place « d’école solidaire » soit une école ouverte par quartier aux enfants avec priorité sociale.
En solidarité,
Louise, Saint-Denis

À la radio la nouvelle directrice du théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis : «  Et si le théâtre reprend en septembre 2020, et là je suis bien sûr très optimiste, je le sais… » putain !!! déconfinement mais quand ?

Le photographe Christophe Maout : « Au début du confinement, j’ai beaucoup regardé les vidéos de la Nasa. Dans l’une d’elle, un astronaute de l’ISS dit une chose très belle : “Autour de nous c’est le vide, le noir total, il n’y a pas de deuxième chance, la Terre est notre vaisseau spatial, il faut en prendre soin, nous sommes tous des astronautes. »

©Christophe Maout

Ça y est ça me reprend. Hier déjà, à regarder un live de Saez, en même temps je cumulais dans le bordel audistique vu qu’avant j’écoutais celui de NTM, ou après, je ne sais plus, aviné, j’ai eu envie d’un joint. En tout cas de fumer quelque chose. J’ai résisté.

Le lendemain j’ai eu la même envie, quelqu’un en tout cas, en moi a eu envie. Faut pas.

Parfois, il me prend des envies d’aller voir chez Dealer si j’y shit mais non, ce serait con, pas là pas comme ça et pas après un temps aussi long, huit mois ou presque à avoir coupé net, ou presque, mais sans retomber, et je suis content de ça, je suis content de ça parce que je suis bien mieux comme ça. Je suis plus actif. Je fais plus de choses. L’impression aussi de mieux réfléchir, ce qui ne m’empêche pas d’être aussi con, et d’user de blagues toujours aussi connes. Mais c’est bien, c’est mieux comme ça, ne pas y regoûter. Plus tard éventuellement. Quand je le sentirai. Je me ramollis assez le cerveau au boulot, ne pas en rajouter dans ma vie. Mon quotidien mon axe, mes réflexes. Mon choix, mes aspirations…

Mon quotidien mon axe tiens marrant, on dirait un dérivé de Mon fils Ma bataille. Mon quotidien mon axe, mes réflexes en devenir.

©Christophe Maout

« Musicalement, ce qui pourrait accompagner mes images, ce pourrait être les paysages sonores de l’album “Some Music for Robby Müller” de Sqürl : “In a Lonely Place“, “Magic Hour” ou “Frost” de l’album “Pyroclasts” de Sunn o))) : longues notes de guitare étirées à l’infini… Le chant des oiseaux conviendrait bien aussi. »

©Christophe Maout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *