Jour de confinement

Saison III – Épisode 44 – La France en carton 2.0

La France en carton peut-être, mais la France en carton 2.0 post-19.

Reprise scolaire du 11 mai : des séparateurs en carton pour limiter la propagation du Covid-19
Dans l’optique de la reprise des cours le 11 mai, Smurfit Kappa, leader européen de l’emballage à base de papier, lance U-Protect, un séparateur en carton destiné aux établissements scolaires de la maternelle au lycée. Fabriqué en France, simple à mettre en place, écologique, économique, nettoyable et adaptable aux différents bureaux d’élèves, U-Protect vise à faciliter la reprise des cours et à enrayer la propagation du virus Covid-19.
(…)
En plus de l’aspect sanitaire, U-Protect dispose d’une zone pour ranger les crayons et stylos. Le panneau avant est modulable en hauteur pour permettre à l’élève de suivre normalement le déroulement du cours. Le panneau gauche dispose d’informations pédagogiques sur les gestes barrières, tandis que le panneau droit est personnalisable par l’élève. Produit à base de papier certifié FSC, ce séparateur en carton est très léger et entièrement recyclable.

Sans plus de commentaires.

J’ai pris des habitudes avec le chômage qu’il a fallu apprivoiser et apprécier, un peu, si possible. Le cerveau ayant besoin de s’y retrouver pour moins “mal vivre” cette période, sorte de consécration avant l’heure de l’homme (moderne) en société (moderne).
De ce confinement j’ai aussi appris, peut-être, je dis bien peut-être, c’est le temps qui me le dira, c’est le cœur qui me le guidera… un désir de sociabilité provoquerait-il un désir accru de parentalité ? La violence du quotidien, rencontrée quotidiennement jusque là me laissait uniquement entendre qu’un enfant de plus, dans ce monde de tarés, de scatologues, sans ma participation…

Aujourd’hui ?

Aujourd’hui de nouveaux voisins égayent l’avenir de mon jour.

La navette à l’arrêt, j’attends le chaland qui ne viendra pas. Je m’excite dans le vent, sous le crachin, exercices de shadow je ne savais pas que j’en ressentais le besoin… ça fait du bien ! La vie ne m’apprend rien nous crie Balou, à moi et à ce trafic 9 places… vide. Je ne sais pas, je ne sais pas cher Balou… Même les belles histoires, même quand elles se terminent très mal, nous en apprennent et beaucoup, peut-être même beaucoup plus qu’on ne veut le penser…
Sur le bas côté un tag, Jésus sauve ! Dans la radio, Je marche seul. Devant moi, le sdf déménageur et à ses côtés un Syrien. Y’a toujours pire hein. Je pense à ma thérapeute qui me dirait que c’est nul de continuer à dire ça, et qu’elle a raison… besoin de beaux exemples.

j’veux du soleil lalalala… J’veux… il pleut et… il pleut…
J’VEUX DU SOLEIL J’VEUX DU SOLEIL RIEN QUE DU SOLEIL OH OOOOOOOOH JSUIS RESTE QUUN ENFANT NA NA NANANANA… J’VEUX TRAVERSER DES OCÉANS ET DEVENIR MONTE-CHRISTO AU CLAIR DE LUNE M’ÉCHAPPER DE LA CITADELLE J’VEUX DEVENIR ROI DES MARÉCAGES ME SORTIR DE MA CAGE LA LALALALA ah ! bah ça non plus ! j’savais pas que j’avais envie de chanter, de gueuler, et d’en faire profiter tout le quartier, wesh.

ME SORTIR DE MA CAGE…

« Des envies de parentalité ». Je me relis. J’ai pensé ça… J’AI PENSÉ ça et pire : je pense ça. Pourvu que demain je me reprenne et vite. Tout ceci n’est pas très sérieux.
Vrai qu’aussi il me manque – là aussi ! – plus que du temps, de la stabilité, du approuvé-voulu-entériné dans la durée. Aussi me manque aussi pour ça un truc qui bouge, qui interagit, respire, transpire, sent, ressent… une femme oui voilà je cherchais le mot.

pff.

Qu’est-ce que je pourrais dire qu’a pas encore été redit.
Oui… mon pipi sent le poireau.
Mon… non rien.

Il pleut et peut importe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *