Jour d'entretien

Jour d’entretien – Le couperet

Je pense aux réponses à venir et je pense au couperet, aux habituelles réponses.
Il y a longtemps déjà, déjà dans la situation RSA j’écrivais :

Ma messagerie retentit, je crois reconnaître la voix de ma nouvelle chef mais ce n’est que la responsable d’une agence d’intérim à Toulouse.
À un moment, j’envoyais partout, n’importe où ; des envies de changer d’air alors flexibilité pourquoi pas…
La nana répond à l’une de mes candidatures envoyée il y a quatre mois. C’était pour quel poste ? Aucune idée et elle n’en dit pas davantage sur répondeur… Faut rappeler. Suit le message d’une autre agence d’intérim (doivent faire leur mise à jour au même moment, tous !) et qui me propose “distributeur de prospectus” pour trois jours sur Paris. « Vous êtes toujours disponible ? rappelez-nous ! » Je décide d’en faire autant que la centaine de boites sollicitées ces 18 derniers mois : ne pas répondre, ne pas rappeler.

« On vous rappellera… On vous rappellera »… Je me souviens si bien !
Une autre qui me revient, là sur le chemin du travail et ce depuis trois matins… une phrase, une sentence qui me tourne en boucle dans la tête… José Garcia la scène de l’entretien d’embauche dans Le Couperet.

« Je venais d’arriver au pays du sourire obligatoire et moi je ne savais plus sourire »


– Et que vous-ont appris ces années de chômage, Monsieur Davert ?
– Qu’à court terme, ça peut être restructurant, qu’à long terme ça abîme tout.

De mémoire, dans ma tête, (j’ai revu le film depuis) c’était « qu’à long terme c’est tuant »

Et où en êtes-vous, là ?

Souffle, respiration, rejet, renvoi… la voix portée et forte… José Garcia dans son grand costume et nature ; la réponse.

– À mi-chemin !

Dans Le Couperet la suite c’était ça continuait ainsi (ou plutôt s’arrêtait) : hop au panier le cv.
La seule chose à en comprendre faut croire.

– Êtes-vous aussi original dans votre travail que dans vos réponses, Monsieur Davert ?
– Je m’efforce de l’être ! Vous savez… Avant de venir j’ai lu deux manuels sur Comment réussir son entretien d’embauche qui m’ont dégoûté par leur conformisme… Êtes-vous conformiste, mademoiselle ?
– Madame… Madame Thompson ! Merci d’être venu Monsieur Davert… Nous examinerons votre candidature avec toute l’attention nécessaire.
– C’est tout ? Vous ne me demandez pas ce que je suis prêt à faire ni à quel prix ?
– Ce sera le cas d’un second entretien le cas échéant. Merci d’être venu jusqu’à nous…
La suite, c’est en lui-même, en silence à lui-même : « Je me suis dit heureusement que je n’aie pas le Luger sur moi. »

Mc Donald’s me regarde. Pepsi Cola me regarde.
Il y a longtemps déjà, déjà le pôle-emploi…

6 juin 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *